MDDC déclaration concernant le rapport AMAD "The Road Ahead

Domicile / Centre de médias / Communiqués et soumissions / MDDC déclaration concernant le rapport AMAD "The Road Ahead

Aujourd'hui, le Comité mixte spécial sur le site aide médicale à mourir a recommandé de retarder encore une fois le site AMM pour les personnes dont la seule condition sous-jacente est un trouble mental. À ce stade, la signification de cette recommandation n'est pas claire et nous demandons instamment au gouvernement de réagir rapidement en proposant un plan d'action clair. Mourir dans la Dignité Canada continuera d'informer les gens à travers le Canada sur les choix de fin de vie et de contribuer à dissiper la désinformation.  

Pour les personnes de tout le pays qui vivent avec des troubles mentaux résistants aux traitements et qui ont patiemment attendu ce changement dans la loi canadienne AMM , Mourir dans la Dignité Canada est découragé et partage la frustration de l'exclusion, de la stigmatisation et de la discrimination continues basées sur le diagnostic - une violation claire de la Charte des droits et des libertés

De notre point de vue, trois années productives de préparation se sont écoulées et les préparatifs nécessaires engagés par le gouvernement sont terminés. Il s'agit notamment de l'élaboration de la norme de pratique modèle pour les cliniciens, du document d'accompagnement Conseils à la profession, de la publication du premier programme d'études canadien AMM accrédité à l'échelle nationale et des modifications apportées aux normes de déclaration afin d'inclure des informations démographiques. Les services de santé provinciaux/territoriaux et les équipes de coordination du site AMM ont également réalisé un travail considérable dans tout le Canada. Ce que nous entendons, c'est que le Canada n'est pas prêt, mais que cela fait toujours partie des plans à long terme du gouvernement. 

"Lorsque j'ai appris que la mort assistée pour les personnes souffrant de troubles mentaux était prévue pour mars 2023, j'en ai discuté avec mes médecins et ma famille. Bien sûr, ils ne voulaient pas me perdre, mais ils savaient tous combien j'avais souffert et m'ont soutenue dans ma décision. Lorsque la date a été repoussée d'un an, j'ai été anéantie. Je ne ressens plus aucune joie ni aucun bonheur, seulement de la misère et de la souffrance. Ma maladie est tout aussi difficile et débilitante qu'une maladie physique. Je devrais avoir le même choix pour mettre fin à mes souffrances. Je veux mourir paisiblement avec ma famille à mes côtés. S'il vous plaît, ne retardez plus les choses", Cathy V. 

Le gouvernement doit reconnaître que le travail de préparation a été effectué, qu'il y a eu de nombreux témoignages compétents de psychiatres, d'éthiciens et de la communauté AMM qui soutiennent l'idée d'aller de l'avant ; nous en sommes au point où les organismes de réglementation, les provinces et les territoires peuvent commencer ce travail. Nous ne pouvons pas continuer à violer la Charte des droits et libertés et à exclure les personnes souffrant de maladies mentales de longue date et résistantes aux traitements. 

Habiliter. Informer. Protéger vos droits.