MDDC déclaration concernant le projet de loi C-62 Loi modifiant le Code criminel (aide médicale à mourir)

Domicile / Centre de médias / Communiqués et soumissions / MDDC déclaration concernant le projet de loi C-62 Loi modifiant le Code criminel (aide médicale à mourir )

Le gouvernement du Canada a déposé le projet de loi C-62 visant à retarder jusqu'au 17 mars 2027 l'éligibilité à AMM des personnes dont l'unique condition médicale sous-jacente est un trouble mental - au total, un retard de six ans et un déni des droits constitutionnels pour les personnes souffrantes à travers le Canada. 

Nous sommes aux côtés des personnes les plus durement touchées par l'annonce d'aujourd'hui - ces personnes, peu nombreuses mais importantes, qui vivent dans tout le pays avec des troubles mentaux résistants aux traitements et qui attendent patiemment depuis 2021 ce changement dans la loi canadienne AMM . Mourir dans la Dignité Canada est découragé et partage la frustration de l'exclusion, de la stigmatisation et de la discrimination continues basées sur le diagnostic - une violation évidente de la Charte des droits et libertés

De notre point de vue, trois années productives de préparation se sont écoulées et les travaux nécessaires engagés par le gouvernement sont terminés. Il s'agit notamment de l'élaboration de la norme de pratique modèle pour les cliniciens, du document d'accompagnement Conseils à la profession, de la publication du premier programme d'études canadien AMM accrédité au niveau national et des modifications apportées aux normes de déclaration afin d'y inclure des informations démographiques. Les services de santé provinciaux/territoriaux et les équipes de coordination du site AMM ont également réalisé un travail considérable dans tout le Canada. Ce que nous entendons, c'est que le Canada n'est pas prêt, ou que certains politiciens provinciaux continuent d'avoir des réserves sur AMM pour les troubles psychiatriques, mais ce n'est pas ce que les autorités médicales, cliniques et réglementaires avaient à dire dans leur témoignage. 

Par exemple, lors de la réunion du comité, le Dr Douglas Grant, registraire et directeur général du College of Physicians and Surgeons of Nova Scotia, a déclaré : "Les régulateurs sont prêts pour cela. Nous n'avons pas besoin de plus de temps. En mars 2024, tous les organismes de réglementation médicale auront mis en place des orientations et des normes professionnelles fondées sur la norme de pratique modèle élaborée par le groupe de travail de Santé Canada. Mais la deuxième raison pour laquelle les régulateurs seront prêts en mars est que nous avons l'obligation solennelle et légale d'être prêts. 

En effet, les sénateurs Kutcher, Wallin, Mégie et, séparément, les sénateurs Thériault et Dalphond ont soumis leurs propres rapports dissidents avant l'adoption de ce projet de loi. Nous partageons le point de vue des sénateurs Kutcher, Wallin et Mégie : " Le point de vue paternaliste selon lequel toutes les personnes compétentes souffrant de troubles mentaux sont incapables de prendre des décisions éclairées concernant leurs soins médicaux est archaïque, ne correspond pas à la réalité et est condescendant. Toute personne jugée capable et répondant aux critères d'admissibilité de AMM MD-SUMC ne devrait pas être exclue des soins offerts à tous les autres Canadiens." 

Mourir dans la Dignité Canada Nous prendrons le temps d'envisager les prochaines étapes, mais pour ceux qui attendent, soyez assurés que nous continuerons à plaider sans relâche en faveur de l'équité dans la loi canadienne AMM . 

Habiliter. Informer. Protéger vos droits.